Bronchiolite bébé : Les signes, prévention et traitement

La bronchiolite du nourrisson est une infection virale qui entraîne une inflammation des petites bronches. Elle touche préférentiellement le nourrisson et évolue par épidémies hivernales. L'agent en cause est le Virus Respiratoire Syncytial. L'évolution est le plus souvent favorable et elle guérit au bout d'une huitaine de jours lorsque les défenses du bébé ont fabriqué les anticorps appropriés.


Les signes cliniques

Les symptômes sont: la fièvre, la rhinite, la toux, la respiration anormalement rapide et parfois sifflante.
Il convient bien entendu de consulter un médecin.
Il faut être particulièrement vigilant si un des critères suivants existe:
  • Enfant âgé de moins de trois mois.
  • Refus total de boire.
  • Pauses respiratoires avec cyanose.
  • Enfant hypotonique, somnolent.
  • Ancien prématuré, enfant atteint d'une malformation cardiaque ou d'une maladie chronique (maladie neurologique, mucoviscidose, myopathie ).

Le traitement 

La position proclive :
Il est important de coucher l'enfant sur le dos, en position surélevée.
Le lavage de nez :





Faire un lavage du nez avec du sérum physiologique plusieurs fois par jour.
Je prépare deux dosettes de sérum physiologique, soit une pour chaque narine et un mouchoir en papier. Mon bébé étant allongé, je tourne sa tête sur le côté en la bloquant avec ma main et je fais couler la dosette dans la narine supérieure. Je bouche la narine supérieure. Mon bébé  aura le réflexe d'éliminer les secrétions par la narine inférieure. Je répète l'opération pour l'autre narine en tournant la tête de mon bébé de l'autre coté.
Ensuite je le prends dans mes bras et je lui fais un gros câlin.

L'hydratation :
Il faut faire boire le bébé souvent mais en quantités peu importantes à la fois.
La fièvre :
Il faut donner du Paracétamol. Consulter sur notre site la rubrique " mon bébé a de la fièvre ".
Le tabagisme :
Même le tabagisme passif (vêtements imprégnés par l'odeur du tabac) est préjudiciable. Veiller à une aération correcte de la chambre et à ne pas trop couvrir l'enfant.
Les sirops pour la toux :
Les sirops antitussifs et les sirops fluidifiants n'ont pas fait la preuve de leur efficacité chez le nourrisson. Ils peuvent même avoir des effets paradoxaux aggravant l'encombrement bronchique.
Les antibiotiques :
Ils ne sont pas nécessaires car ils n'agissent pas contre les virus.

La kinésithérapie :
La kinésithérapie doit être pratiquée deux fois par jour. Elle se fait à domicile, week-ends et jours fériés compris.


La kinésithérapie permet d'éliminer les sécrétions bronchiques en utilisant la technique d'accélération du flux expiratoire (Ce n'est pas du clapping).

L'hospitalisation :
Elle ne se justifie qu'après avis médical. La base du traitement est alors l'oxygénothérapie.

La prévention

La bronchiolite est très contagieuse, mais le respect de quelques mesures préventives pourrait permettre de diminuer l'importance de l'épidémie annuelle.
  • Se laver les mains avant de s'occuper de son bébé.
  • Eviter d'embrasser le bébé si l'on est enrhumé. Idem pour les enfants de la fratrie.
  • Ne pas échanger les sucettes, biberons etc.…
  • Eviter les transports en commun, les grandes surfaces et les galeries commerciales, les rassemblements d'enfants l'hiver (crèches, fêtes de fin d'année) au cours de la première année de vie.
La prévention spécifique par un médicament à base d'anticorps spécifiques du virus de la bronchiolite. Ce traitement est réservé aux prématurés nés à moins de 32 semaines d'âge gestationnel et ayant moins de 6 mois, aux enfants porteurs d'une cardiopathie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire